Présentation du site

Ce site est dédié à tous les policiers français victimes du devoir ainsi qu'à leurs familles et leurs collègues qui ont eu à souffrir un jour de la perte d'un être cher tombé pour la France.

Le Webmaster

Les policiers victimes du devoir

Un sujet tabou…

Aux Etats-Unis, il est traditionnel de rendre un hommage perpétuel aux policiers américains morts dans l'exercice de leurs fonctions à travers des monuments dans les lieux publics ou par des sites internet qui leurs sont entièrement consacrés. Chaque service, chaque Etat a son monument aux morts avec les photos des défunts. Sur le Web les sites rivalisent pour trouver la présentation la plus digne et rendre l’hommage le plus poignant aux représentants de l’ordre.

En France, le sujet est tabou. On ne parle jamais (ou rarement) des policiers français morts en service. Quelques lignes dans les quotidiens à l’occasion de la mort d’un fonctionnaire. Un défilé de personnalités et quelques bonnes résolutions du gouvernement et on n’en parle plus… jusqu’au suivant ! S’il existe maintenant quelques sites consacrés à la police en France, celui-ci est le premier (et le seul à ma connaissance) à soulever la question d'un hommage collectif rendu aux policiers français tombés, victimes du devoir.

L'Uniform Crime Report publié tous les ans par le F.B.I américain répertorie tous les cas dans lesquels des policiers ont été tués afin de trouver des moyens de s'adapter aux nouvelles armes, aux nouvelles façons d'attaquer et de se comporter des délinquants et des criminels ou de perfectionner les matériels employés. Une page internationale est d’ailleurs consacrée aux policiers victimes dans le monde (U.S.A, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Suisse, Allemagne, Autriche, Hollande, Suède…

Il n'existe pas de rapport de ce genre en France. Et même si la violence n'est pas la même ici qu'aux Etats-Unis, il serait temps de commencer à penser à protéger plus efficacement nos flics dans les rues. La dotation de tous les personnels de la Police Nationale en gilets pare-balles individuels et une avancée significative. Mais en France la prise de conscience est très lente, trop lente...

 

Les victimes

Il est difficile de trouver des renseignements sur le sujet autre part que dans les journaux qui n'ont pas toujours des sources d'information très fiables. Depuis quelques mois, j'ai obtenu l'autorisation du ministère de l'Intérieur d'accéder au Centre des Archives Contemporaines à Fontainebleau ainsi qu'aux archives de la Préfecture de Police de Paris. Ce sont plus de 400 dossiers personnels de policiers à traiter… Une somme de travail colossale !



Le reste du site

Enfin, les policiers n'étant malheureusement pas les seuls à tomber pour la France, une page est consacrée aux militaires de la Gendarmerie Nationale. Elle ne contient que le nombre de décès par années, car je n’ai pas suffisamment d'informations sur les circonstances de décès des gendarmes. Il y a également d’autres professions très risquées et pas toujours celles qu’on croit… Cette page consacrée aux risques professionnels vous fera comprendre que le métier de policier n’est peut-être pas le plus exposé. J’ai enfin ajouté une page de liens vers d’autres sites consacrés à la police.

Une rubrique telles que les décorations décernées à titre posthume vient d'être ajoutée et une autre avec les gros titres de la presse devrait voir le jour, complétée par les quelques publications dans la presse nationale dont le site a fait l'objet depuis sa création.

 


Cette page est en perpétuelle évolution, car il faut beaucoup de temps pour rassembler les renseignements sur les collègues victimes et il en faut encore beaucoup pour rédiger et mettre en forme les textes. Vous aurez compris que mon but n'est pas de faire un site particulièrement esthétique, mais plutôt de réaliser une page sobre qui soit la plus complète possible afin de rendre un hommage mérité à tous les policiers qui sont tombés pour la France.


Enfin si vous avez des informations sur des policiers morts en service, merci de me les faire parvenir en cliquant ici : E-MAIL

Le Webmaster

 

IMPORTANT

L’article 9 du Code Civil et la loi du 17 juillet 1970 interdisent la publication d’images ou d’informations concernant des personnes sans leur consentement ou celui de leurs proches en cas de décès. Ne disposant pas d’autorisation pour toutes les victimes citées et par respect pour la loi, aucune photo de victime ne sera publiée sur ce site.

C’est également pour cette raison que seuls les prénoms et l’initiale des noms de famille figurent dans les tableaux.