Les victimes du devoir au XVIIIe Siècle

Mai 1709

Voici ce qu'on peut lire dans un ouvrage sur l'histoire de la police :

 

<< En mai 1709, alors que la misère générale et l'augmentation du prix du pain provoquent une sédition qui coûte la vie à un commissaire de police. Marc-Pierre de Voyer de Paulmy, dit comte d'Argenson, Lieutenant Générale de Police, échappe de peu à l'assaut de son carosse puis de son hôtel particulier dont les émeutiers tentent de forcer les portes. Les gardes ripostent avec les armes faisant plusieurs morts.>>*

 

Il est a parier que malheureusement, ce commissaire dont l'identité n'est pas révelée, ne fût pas la seule victime parmi les forces de l'ordre durant ces émeutes...

20 avril 1720

En cours de rédaction

1750

En cours de rédaction

28 avril 1794

Louis Thiroux de Crosne

C'est le dernier Lieutenant Général de Police, de 1785 à la Révolution. Parti en éxil, il en revient en 1792. Il est arrêté pendant terreur et guillotiné. Il ne meurt donc pas en service mais peut être considéré comme victime du devoir car c'est sa qualité de Lieutenant Général qui lui valut de monter sur l'échafaud.

* HISTOIRE ET DICTIONNAIRE DE LA POLICE, du Moyen-Age à nos jours

Sous la direction de Jean Tulard, Michel Aubouin, et Arnaud Teyssier aux éditions Robert Laffont / Bouquins, 1059 pages, Paris 2005.